Elles se lèvent à l’aube, parcourent des kilomètres pour acheter des aliments qu’elles vendent par la suite dans les marchés. Avec l’argent si durement gagné, ces femmes paient la scolarité et la nutrition de leurs enfants.


Un Centre d’accueil construire à cet effet a ouvert ses portes le lundi 5 décembre 2016. Le centre se donne en outre pour objectif d’éduquer les femmes bayam-sellam sur la gestion de leur clientèle.


Le bâtiment d’un étage sortira de terre à Logbessou, quartier périphérique de Douala.  577 m². C’est la superficie du terrain dévolu au projet de construction de la maison d’accueil des « bayam-sellam » (revendeuses dans le parler camerounais, ndlr).